FANDOM


L'Histoire sans fin est un roman fantastique allemand publié par Michael Ende en 1979. Il met en scène Bastien, un jeune garçon souffre-douleur de son école et des petits de maternelle qui, poursuivi par ses camarades de classe et la maternelle pour le torturer, se cache dans une librairie et vole un livre magique.

Le livre est composé de 26 chapitres. Le premier chapitre commence par la lettre A, le deuxième par la lettre B, le troisième par la lettre C, et ainsi de suite jusqu'au dernier qui commence par la lettre Z. La traduction française respecte donc la première lettre originale de chaque chapitre de la version allemande. Le livre commence cependant avant le chapitre A - les chapitres sont en fait ceux de l’Histoire sans fin, le livre qui est lu puis vécu dans le roman - et comporte un « chapitre zéro » dont le titre est « Livres d'occasion » écrit à l'envers sur la porte vitrée, vue de l'intérieur du magasin. Ce chapitre a une importance particulière dans l'histoire, car il est présent dans le livre relu par le vieillard de la montagne errante, ce qui signifie que ce dernier lit et écrit non pas le livre volé par Bastien mais bien celui que le lecteur a entre ses mains.

Résumé Modifier

Bastien (de son vrai nom Bastien Balthazar Bux), est un garçon de 10 ans qui a une coupe au bol et pleins de problèmes : il est incompris de son père, il est solitaire, timide, obèse, laid, orphelin de mère, et souffre-douleur de son collège, de l'école primaire et de l'école maternelle : racketté par les garçons de sa classe lorsqu'il ne l'obligent pas à rester des journées entières dans des bennes à ordures, agacé par les filles de sa classe et des petites filles de primaire qui se moquent de lui, ou encore traité sans cesse de "couche sale", de "face de pet foireux" et de "sans amis" par les petits de l'école maternelles et les autres petits gamins de sa ville, Bastien n'a aucun ami et vit un calvaire qui endure de jour en jour. Mais depuis la mort de sa mère, il s'est replié sur lui-même et s'est créé un monde imaginaire nourri de romans d'aventures, qu'il dévore pour échapper à sa dure vie. Mais cela n'a fait que empirer les choses : maintenant, chaque jour, des petits gamins de 3 à 7 ans s'amusent à lui jouer de mauvais tours (il y a environ 90 petits garçons et 250 petites filles); leurs tours préférés : l'appeler "Face de pet" et l'attacher à un arbre. Ils attachent Bastien avec des lacets liés (une bonne centaine), lui scotchent bien fort la bouche et lui font endurer des persécutions : ils lui lancent des livres sur le visage et les déchirent, le tapent, lui lancent des ballons sur le visage, lui tirent les cheveux ou les arrachent avec ses habits, lui forcent à manger du fromage périmé, font du "trampoline de ventre", le traite de "face de pet foireux", disent à son père qu'il fume pour être puni, lui crachent dans les cheveux, l'obligent à courir des heures à moitié nu avec les pieds liés, lui lancent des tartines brulantes, essayent de le manger en "Tartine de Bastien" (ils essayent de le transformer en tartine), l'ensaucissonent (ils essayent aussi de le manger en saucisson), lui mangent les doigts de pieds et les tétons, lui forcent à leurs léchés les orteils, lui fait manger ses chaussettes et ceux de la maternelle, lui appuient sur le ventre à en faire du trampoline, lui enfoncent des bâtons dans le tibia à n'en plus marché, volent des carabines et le menacent solitaires, en essayant de le torturer ou de s'apprêter à le manger en saucisson, en tartines grillées ou camembert fondu (ils crient : "Attention a l'attaque les gars on s'appelles Micky oh oui !", parce que cette plutôt grande équipe de petits-petites de primaire et de maternelle bourreaux se font appelés les Mickies), mais ils sont capables de faire bien pire : il ont même essayer de le tuer, avec des fusils, en le traitant de "face de pet", ils lui ont éparpillé de la tartine de beurre sur sa très connue dans le pays maintenant "Face de pet" (c'est devenu connu dans le pays : "Bastien est tellement timide qu'il se laisse faire lors des persécutions des enfants de la ville, même la maternelle la torture, alors qu'ils ont 4-5 ans, et lui 11 ans !", comme dit le journal), ils ont donc essayés de manger sa "Face de pet" en fromage, camembert, tartine de beurre, essayant de le fumer lorsque il est ensaucissonner en lui brulant les cheveux, en noix de coco par son bol, à la façon d'un cannibale, ils lui ont fait manger du vieux camembert coincé dans une boite de jouets dans une classe maternelle, parfois on le torture même chez lui ! On lui pète sur sa "Face de pet" et, pour eux, sa tête devient alors un "prout qui put de la bouche". Ils disent "Tête de bulle", "Face de pet foireux", "Prout pas éclaté", "Gros bigot qui put du bec"...

extrait d'un dialogue entre les petits de maternelle et primaire et Bastien :

- Hé Face de pet ! Bastien la tartine ! crient t-il pour le chercher avec Clément, un "bolosse" (pour eux - parce qu'il a un cartable de primaire à cause d'un petit de 6 ans qui lui a échanger son petit cartable avec le grand cartable de Hugo, il porte tous les jours les mêmes habits et il a une coupe au bol) de la 3e année de collège (ce véritable Clément est en fait au collège Notre-Dame de Draveil) que tout le monde appelle également "Face de pet foireux" (à la sortie du collège, les maternelles viennent le chercher et l'attacher dans les toilettes, idem pour Emma Manteau en 4e année, même système. On l'attache des cheveux et des ongles car elle se les tripotes, les prouts viennent de son derche, les maternelles voient Hugo, font semblant de péter et lui crient) :
- Hé Face de pet ! Clément le bigot ! Le prout ! Le timide ! Le sans amis ! C'est comme ca ! Tête de prout ! T'a pas d'amis ! Tu es le souffre-douleur de tout le monde, même de la maternelle ! Pet foireux, pet foireux, pet foireux, pet foireux, pet foireux de Clément, le souffre-douleur de l'école primaire et de l'école maternelle ! Et de la maternité ! Et à cause de sa face de pet !! Con, bite, couille, oui c'est une couille !, chantent-ils sous la forme d'une chanson de torture.

En bref, Bastien devient le souffre-douleur, le bouc émissaire de tous les enfants de la ville : tous les élèves de son école, les grands comme les petits de primaire ou de maternelle, et tous les autres enfants de la ville.

Un matin, poursuivi une fois de plus par une cinquantaine d'enfants de primaire ou de maternelle qui essayaient de l'attacher une fois de plus dans une benne à ordure et de lui gonfler et scotcher la bouche à n'en plus respirer ou a lui manger les cheveux en gruyère, il se réfugie dans une librairie. Après une altercation avec le libraire, vieil homme bourru qui n'aime pas les enfants, et à la faveur d'un moment d'inattention, il vole un livre qui l'attire mystérieusement et s'en va en courant. Malade à l'idée d'arriver en retard en cours et de se faire punir et de souffrir une fois de plus à la récré par les petits de maternelles, il préfère se réfugier discrètement dans une vieille remise de l'école. Il s'installe sur quelques matelas poussiéreux et commence la lecture du livre volé, un roman intitulé L'Histoire sans fin.

C'est l'histoire d'un monde fantastique, rempli de tout ce que l'imagination de l'homme peut produire et plus encore. Immensément grand et merveilleux, ce monde nommé Le Pays Fantastique est dirigé du haut de sa tour d'ivoire par une enfant fragile, la Petite Impératrice. Or cette enfant est atteinte d'un mal étrange, qu'aucun médecin ne parvient à guérir. Dans le même temps, le Pays fantastique est l'objet d'une grande menace qui semble liée à cette maladie, grignoté par une catastrophe qui détruit tout sur son passage : le Néant. La Petite Impératrice charge alors un enfant guerrier du nom d'Atreju, chasseur des plaines de la lointaine Mer des Herbes, d'une mission vitale : trouver un remède pour elle et pour le pays. Mais la maternelle trouve Bastien, ils l'attache à un arbre à la récré. Mais après une longue série d'aventures à travers les vastes contrées du Pays Fantastique, Atreju finira par découvrir que ce monde est créé par les rêves et l'imagination des hommes : il est aujourd'hui détruit par le Néant car les hommes ne rêvent plus. Pour guérir et sauver ainsi ce Pays fantastique, l'Impératrice n'a besoin que d'une chose : un nouveau nom, qui doit lui être donné par un enfant de la Terre. Bastien mettra du temps à comprendre que ce livre n'est pas comme les autres : effrayé, il se rend compte qu'au fil de la lecture il entre véritablement dans l'histoire et que l'enfant humain dont ils ont besoin, c'est lui. Il mettra du temps à y croire puis à s'impliquer, ne pouvant s'imaginer qu'un simple enfant timide comme lui peut avoir assez d'importance pour sauver un vaste monde. Il finira pourtant par le faire et il sauvera l'Impératrice. Mais l'histoire sans fin n'est pas terminée. Bastien s'est décidé tard, trop tard : tout le Pays fantastique a disparu, il ne reste du vaste royaume qu'un minuscule grain de sable. L'Impératrice confie alors à Bastien une mission d'importance : reconstruire le monde fantastique à l'aide d'un médaillon magique, appelé l'Auryn, qui exauce les vœux. Ainsi Bastien se voit transporté dans un monde qu'il recrée lui-même peu à peu à l'aide de ses rêves et de ses vœux, qu'il parcourt de contrées en contrées et où il se lie d'amitié avec Atreju. Mais il finit par se laisser griser par son pouvoir : se prenant pour le maître de ce Pays, manipulé par une sorcière, il se met en tête de renverser l'Impératrice pour prendre sa place et lève une armée contre elle. Mais Atreju s'oppose à Bastien et lutte contre lui. Ce que Bastien n'a pas remarqué, c'est qu'à chaque vœu qu'il fait et que le médaillon exauce, il perd un souvenir de sa vie de souffre-douleur de maternelle humain. Ainsi, peu à peu il perd son identité et se vide de son être. Vaincu par Atreju, il finit par errer dans le Pays fantastique, ne sachant plus vraiment qui il est. Atreju retrouve son ancien ami et l'aide à chercher un souvenir qui le relierait encore à sa vie réelle. Ils finissent par y parvenir et Bastien retrouve son identité et sa mémoire. Mais Bastien a commencé au Pays fantastique de nombreuses histoires qui restent inachevées (au cours du livre, de nombreuses ouvertures vers d'autres aventures possibles sont ménagées en utilisant très souvent l'expression « Ceci est une autre histoire, qui sera contée une autre fois »). Atréju accepte donc d'endosser la tâche de terminer les histoires commencées par Bastien au Pays fantastique, pour lui permettre de rentrer dans le monde des humains. Bastien peut alors rentrer chez lui et retrouver son père qui se rongeait les sangs pour lui.

Personnages Modifier

Bastien Balthazar Bux : Bastien est un garçon très rond, timide et sans amis. Souffre-douleur de tous les enfants de la ville, voir du pays, de l'humanité, et des maternelles, il a perdu sa mère et son père ne parvient pas à en faire le deuil : il mène donc une vie bien morose d'où il s'échappe grâce à sa grande passion, la lecture. Après avoir repris confiance en lui grâce à l'importance qu'il revêt pour le monde de l'imagination de l'homme, il se révèle trop ambitieux et égocentrique, ce qu'il paie par une perte progressive de son identité.

Les camarades de classe de Bastien, les autres enfants de l'école, les petits de maternelles et les autres enfants de la ville : petits gamins sadiques et horribles raffolés des jeux vidéos, Bastien en est le souffre-douleur depuis sa naissance parce qu'il déteste les jeux vidéos et qu'il préféré la lecture. Ils l'attachent à des arbres, lui coupent les cheveux, essayent de le noyer, etc... Bref, "C'EST DES CONS" comme dit Bastien p.213, phrase qui va faire de lui le souffre-douleur, le bouc-émissaire, la tête de turc, la risée, l'objet de moqueries, le bizut, la victime des moqueries, harcèlements, bizutage et paria de tous les enfants du pays, sans exception, qui lui envoient des lettres de menacent, des messages de menaces sur le portable ou en lettres ou encore en téléphone, sur Internet, etc... "BASTIEN SENT LE PROUT" marquent-ils en boucle sur le mur de l'école.

Atreyu (prononcer à l'allemande "Atréyou") : enfant guerrier à la peau verte du pays fantastique : beau et valeureux, il est en quelque sorte celui que Bastien a toujours rêvé d'être. Une fois les deux enfants réunis au pays fantastique, ils commencent par se lier d'amitié mais très vite se jalousent et deviennent rivaux. Bastien, fort de son nouveau statut de sauveur et chef, ne supporte pas qu'Atreyu lui rappelle ses anciennes frustrations. Ils se font la guerre et Atreyu est gravement blessé dans un duel avec Bastien. Pourtant, il sera là malgré tout pour aider son ancien ami à retrouver son identité perdue et rentrer chez lui.

Fuchur (prononcer "Fourhour", renommé Falcor dans le film) : un dragon porte-bonheur au corps écaillé et à la tête de lion (canine au cinéma). Toujours de bonne humeur, il aide Atreju dans sa quête pour trouver un remède à l'impératrice, puis Bastien dans sa reconstruction du Pays Fantastique.

La Petite Impératrice : une petite fille qui dirige le monde fantastique du haut de l'immense et magnifique Tour d'Ivoire où elle reçoit des émissaires venant des plus lointaines contrées. Elle est aussi vieille que le Pays Fantastique bien qu'elle soit encore enfant. Sa maladie et le Néant qui ronge le pays fantastique sont liés. On la nomme également, la Souveraine des Désirs aux Yeux d'Or.

Gmork : selon le livre, c'est un être qui n'appartient ni aux habitants du pays fantastique, ni aux hommes. Il peut traverser les deux mondes comme bon lui semble. Dans le pays fantastique, il prend la forme d'un loup géant (en d'autres termes, il s'agit d'un loup-garou). Il explique à Atreju le moyen de se rendre au monde des Hommes et par la même occasion, ce qui arrive aux habitants du pays fantastique qui se jettent dans le Néant. Il avait pour mission de poursuivre inlassablement Atreju dans sa quête du remède pour l'Impératrice, mais il a fini par perdre sa trace dans l'antre d'Ygramul la Multiple. Gmork a ensuite dérivé dans le pays fantastique jusqu'à faire la rencontre de la princesse des ténèbres, Gaya. Il s'est laissé séduire et lui a raconté sa mission. Celle-ci l'attacha donc à une chaîne et c'est là qu'il fait la rencontre d'Atreju et lui raconta tout. Il finit par mourir de faim.

Graograman le lion de flammes : lion vivant dans un désert brûlant qui meurt tous les soirs pour laisser place à Perelin, une forêt luxuriante.

Morla la vieille tortue géante : elle s'ennuie depuis des millénaires.

Le couple de lutins braillards : ils aident Atreju à rencontrer l'Oracle Uyulala.

Artax le cheval : cheval d'Atreju doué de la parole qui se noie dans les sables mouvants.

Ygramul la Multiple : c'est une araignée géante et insaisissable au venin mortel composée de millions d'insectes volants.

Les marins : ils naviguent sur la mer de brumes.

Le mange-pierre : une pierre déprimé de n'avoir pu sauver du néant ses amis le lutin à l'escargot de course et l'elfe à la chauve-souris paresseuse.

Le peuple d'insectes géants pleureurs : Ils ont créé une mer avec leurs larmes et une ville en filigrane d'argent, mais qui deviennent plus malheureux encore quand Bastien en fait un peuple de fêtards en réinventant l'histoire.

L'écrivain : écrivain qui écrit du haut d'un glacier froid l'Histoire sans fin au fur et à mesure de son déroulement.

Le chercheur de rêves

La dame de fruits

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard